Ma thèse a fait sa première victime : mon ordinateur est passé de vie à trépas le 1er mai ! Je n'aurais peut-être pas dû le forcer à travailler ce jour là... Mais quand l'ordinateur est l'outil de travail indispensable, pas le temps de s'apitoyer ou "faire son travail de deuil", expression que je déteste mais qui est pourtant très à la mode. Et cependant, ça m'a fait quelque chose... tout objet qu'il était, il a partagé ma vie pendant plus de 5 ans, je l'emmenais partout, il accompagnait mon travail, mes loisirs, je l'avais sous les yeux une grande partie du temps. Mais donc, vite, il a fallu en acquérir un autre... et 6 jours après (comme si j'avais du temps à perdre), j'ai pu apprivoiser mon powerbook d'occasion, au boîtier un peu plus petit mais à l'écran identique. Tout n'est pas encore parfait, mais je me suis déjà habituée à son clavier : il faut dire qu'il n'est pas très différent de l'ancien et même je le préfère.
Il semble d'après les expériences de nombre de mes condisciples, que pour devenir docteur, il faille non seulement rédiger une thèse, ce qui est encore loin d'être mon cas, mais qu'il faille aussi avoir eu au moins un gros problème informatique, et j'en suis à 2, de ce côté là je suis parée ! Le plus dur reste à faire...

A l'occasion je vous montrerai sa photo.